vendredi 3 juin 2016

Inspection officielle en abattoir : « il faut de la construction et du dialogue »

La DGAL a organisé cette semaine et sur 3 jours un séminaire parisien avec ses services départementaux, ceux qui réalisent au quotidien l’inspection sanitaire dans les abattoirs. 

À cette occasion, la FNICGV a pu assister à l’intervention de Patrick DEHAUMONT, Directeur Général de l’Alimentation, qui présentait la stratégie globale de l’État pour ses missions dans les abattoirs

Il a tout d’abord voulu saluer « la grande professionnalisation et l’expertise des professionnels de l’abattage »

Il a ensuite réaffirmé le rôle de l’État dans l’inspection sanitaire, même si les professionnels sont les premiers responsables de ce qu’ils mettent sur le marché : « l’État est arbitre, il définit la norme et il veille à son respect ». Et à aucun instant, il n’est envisagé de confier l’inspection sanitaire au secteur privé. L’État doit rester le garant de l’attestation sanitaire pour les consommateurs et les partenaires commerciaux. 

Ensuite, M. DEHAUMONT a présenté les 3 grands axes de la stratégie « abattoir » :
  • la formation des services vétérinaires. 
  • un soutien fort de la chaîne hiérarchique pour l’aide à la décision et au suivi de décisions. Les directeurs et chefs de service des DDPP doivent aller sur le terrain, ils doivent accompagner les vétérinaires officiels. 
  • la valorisation des missions et métiers en abattoir. Le Directeur Général de l’Alimentation a également indiqué que « la France a la volonté d’être précurseur sur le plan de la protection animale, comme elle avait pu l’être sur le plan de la sécurité sanitaire ». La stratégie globale en matière de protection animale initiée il y a plusieurs mois doit l’y aider. 


Enfin, M. DEHAUMONT a énoncé les deux grands principes qui doivent régir le travail en abattoir des professionnels et des services vétérinaires : le respect des responsabilités de chacun et la réaffirmation du rôle de l’État dans l’inspection du bon fonctionnement de l’entreprise et dans l’inspection des denrées avec indépendance et impartialité. 

La FNICGV salue ce discours car le Directeur Général de l’Alimentation a bien insisté sur le fait qu’il faut de la construction et du dialogue en permanence. Ce point est essentiel puisque c’est bien en travaillant ensemble, mais tout en restant chacun dans son rôle, qu’on avance le mieux.