vendredi 27 mai 2016

Pénurie de carburant : forte mobilisation

Les industriels et commerçants en gros des viandes sont nettement impactés par les difficultés d’approvisionnement en carburant. La FNICGV a agi au travers de l’AUTF et de la CGi. 

La confédération du commerce de gros et international (CGi) a participé ce mercredi 25 et ce jeudi 26 mai à deux réunions d'urgence au ministère des transports consacrées aux problèmes d’approvisionnement en carburant. Participaient également les principales organisations de transporteurs (FNTR, TLF, OTRE, UNOSTRA…) et l’AUTF, l’Association des Utilisateurs de Transport de Fret. 

La FNICGV adhère à l’AUTF et à la CGi pour y porter la voix de ses adhérents. La CGi et l’AUTF ont remonté l’ensemble des problématiques des différents secteurs que ce soit au niveau de l’approvisionnement amont, les livraisons des clients et les difficultés pour les salariés de se rendre sur leur lieu de travail. 

La CGi a demandé également que l’ensemble des préfectures des zones concernées par la pénurie prennent dans les plus brefs délais des arrêtés permettant aux véhicules transportant des denrées périssables d’être prioritaires dans l’approvisionnement en carburant

Une cellule de crise fonctionne actuellement au Ministère des transports en lien avec le ministère de l’Intérieur qui devrait transmettre le message aux préfets des départements pour que ces derniers publient le plus rapidement possible des arrêtés. 

La CGi et l’AUTF ont pu faire un tour d'horizon de la situation auprès du ministère des transports grâce aux remontées des adhérents de leurs fédérations membres sur les difficultés rencontrées jour après jour. 

La FNICGV remercie les adhérents qui lui remontent les informations quant aux impossibilités de transport et des conséquences que cela occasionne sur l’activité de leurs entreprises. Par exemple, l’impossibilité de pouvoir livrer ses clients à l’export a des impacts majeurs sur la trésorerie des entreprises lorsque les paiements se font au chargement. Cela s’ajoute à la problématique de l’augmentation des stocks de marchandises non livrées. 

La CGI et l’AUTF ont ensuite été reçues, le 28 mai à Matignon par le Premier ministre.