lundi 23 juin 2014

Premier séminaire national sur l’harmonisation de l’inspection vétérinaire des viandes


C’est une première et la FNICGV y était. Depuis deux ans (cf. congrès 2013), la fédération soutient activement l’action d’harmonisation des inspections vétérinaires en France et en Europe

L’enjeu professionnel est de faire cesser les distorsions de concurrences liées aux écarts d’application de la réglementation par les services de contrôle eux-mêmes. Il faut aussi redonner de la confiance et de la visibilité sur les règles pour sécuriser les investissements dont dépend l’avenir des filières. 

Ce lundi 16 juin, la DGAL réunissait pour la première fois à Paris tous ses responsables départementaux des services vétérinaires officiels autour du thème de l’évolution de l’inspection des viandes en France et en Europe. Très honorée, la FNICGV a répondu favorablement à l’invitation. Mais elle n’a pas manqué d’interpeller les autorités sur les thèmes qui fâchent. 

Pourquoi diable la France maintient-elle les tests ESB alors que la quasi-totalité des autres États membres ont arrêté ? Pourquoi la Commission européenne n’aligne-t-elle pas les mesures de retrait des MRS sur les règles de l’OIE ? Accorderait-elle plus de crédit aux politiques sanitaires des pays tiers qu’à celles de ses propres États membres ? Le représentant de la Commission européenne, le Dr Koen van DYCK, Chef de l’unité « denrées alimentaires, système d’alerte et formation » à la DG SANCO fut bien à la peine pour répondre. 

Quant à l’arrêt des tests ESB, si la DGAL est y favorable, le dossier reste encore et toujours en attente sur le bureau du Premier ministre. Le gouvernement semble préférer aligner ses décisions sur celles de l’Allemagne. C’est bien connu, la situation financière de la France est aussi bonne que celle Outre-Rhin et elle peut encore se payer le luxe de mesures dispendieuses et inutiles …